KOEDO-KAWAGOE

Photo

Lieux historiques

Découvrez les terres de la famille Tokugawa, les sanctuaires liés à l’histoire ancienne, et les rues rétro qui vous donneront le sentiment d’avoir remonté le temps.

« Sanctuaire Semba Toshogu » - Sur les terres historiques de la Famille Tokugawa (à l’origine de l’ère Edo)

Le sanctuaire Toshogu de Nikko est le plus célèbre Toshogu en l’honneur de Tokugawa Ieyasu, mais de nombreux sanctuaires Toshogu parsèment le Japon. Le Toshogu qui se trouve à Kawagoe est un des trois principaux sanctuaires Toshogu du Japon. Il s’appelle le « Sanctuaire Semba Toshogu ». En 1616, Tokugawa Ieyasu est décédé à Sunpu (aujourd’hui appelée préfecture de Shizuoka) et sa dépouille a été transportée de Shizuoka à la montagne Nikko. Sur le chemin, une commémoration bouddhiste de quatre jours a été organisée par Tenkai Sojyo au temple Kita-in. C’est pour cette raison que le sanctuaire Toshogu a été construit en 1633, côté sud du temple Kita-in.

photo

Cinq années plus tard, en 1638, le « Grand incendie de Kanei » a tout brûlé sur son passage, à l’exception de la porte Montagne de Kita-in. Lorsque Tokugawa Iemitsu a annoncé la restauration du temple Kita-in, la reconstruction du Toshogu a été effectuée en priorité et achevée en 1640. Le sanctuaire principal Honden et ses ornements laqués, colorés et brillants, la porte Karamon, la clôture Mizugaki, le sanctuaire avant Haiden, le sanctuaire latéral Heiden, la porte avant Zuishin et la porte en pierre Torii sont tous reconnus comme des biens culturels importants. Les piliers qui se trouvent dans les pavillons du sanctuaire comportent des gravures élaborées parfaitement assorties au sanctuaire Toshogu. À l’intérieur du sanctuaire principal trône une statue de Ieyasu. Parmi les biens culturels qu’il renferme figurent des images de Sanjyu Roku Kasen Egaku et 12 représentations de profil de Taka Egaku.

« Sanctuaire Hikawa » - Sanctuaire du village de Kawagoe et magnifique porte Torii

La grande porte Torii mesure 15 mètres de haut et se trouve à l’approche du temple. Les terres du sanctuaire Shinto sont jonchées de nombreux arbres vieux de plus de 500 ans. Les feuilles de l’arbre keyaki sacré, quant à elles, bruissent dans le vent. L’histoire du sanctuaire Hikawa de Kawagoe remonte au 6ème siècle, période où il a été séparé du sanctuaire Hikawa de Omiya. Plus tard, Ota Dokan, constructeur du château de Kawagoe, s’est fait connaître sous le nom « Hikawa-sama (M. Hikawa) ». Le pavillon du sanctuaire sacré et ses gravures élaborées de l’ère Edo ont été construits par Matsudaira Naritsune, châtelain, dans le cadre d’une donation. Au centre de la porte Torii rouge vermillon, baignée de lumière, se trouve un symbole entouré d’écritures de Katsu Kaishu.

En 1956, le principal sanctuaire ainsi que d’autres bâtiments historiques qui témoignaient de la culture de l’ère Edo ont été enregistrés en tant que biens culturels de la préfecture de Saitama. Selon les croyances, le sanctuaire renfermerait la « Divinité du mariage », et de nombreux couples y organisent leur mariage chaque année. Si vous avez de la chance, vous pourriez bien y rencontrer une mariée vêtue d’un shiromuku, à savoir un kimono blanc de cérémonie. Tout au long de l’année, de nombreux événements s’y déroulent. En février, des prières y sont dites pour la « sécurité sur les routes/la réussite dans les études » et la « purification des sacs à dos en cuir des étudiants ». En août, le Takigi Noh est organisé (danse Noh exécutée à la lumière d’un feux de joie) et à la mi-octobre, c’est le célèbre Festival de Kawagoe. Sur les terres du sanctuaire où la végétation est luxuriante, vous observerez non seulement des visiteurs venus prier, mais également des locaux venus se détendre et profiter des quatre saisons.

« Temple Naka-in » - Temple spécial « Tendaishu », à l’origine du thé de Kawagoe et Sayama

Le temple Naka-in (828 AD) a été construit par le grand chef religieux Jikaku-Daishi Ennin, à l’ère Heian, au cours du règne de l’empereur de la 53ème génération impériale, Junna. Il s’agit d’un lieu célèbre pour sa multitude de cerisiers. Les branches situées devant le principal temple sont plus particulièrement célèbres. L’enceinte du temple renferme une végétation abondante. Au printemps, en été, en automne et en hiver, les couleurs changent et l’expression des saisons comble les visiteurs. Il est également connu comme lieu d’origine du thé de Kawagoe et du thé de Sayama. Le thé serait apparu au moment de la création du temple, lorsque Ennin y a apporté des feuilles de thé et les a cultivées à des fins médicales. D’ailleurs, des champs de thé se trouvaient dans l’enceinte par le passé.

À l’intérieur trône également un monument en pierre qui rappelle cet événement. Le salon de thé, « Fusentei », associé à Toson Nakazaki, est à présent utilisé par les participants à la cérémonie du thé et permet de conserver cette tradition japonaise. Ce temple est un lieu formidable pour entrer en communion avec la nature et donne l’impression que le temps s’arrête. Vous en ressortez l’esprit revigoré et libéré.

« Temple Renkeiji » - Pour une visite divertissante

Le temple Renkeiji a été construit en 1554 par Renkei Daishi, mère du châtelain de Kawagoe de l’époque, Daisonji Masatugu. À l’ère Edo, il s’agissait d’une Université bouddhiste (Danrin) certifiée à l’échelle nationale. Lord Donryu, qui aidait les nécessiteux et les enfants, vivait ici. Il a été intronisé comme Bouddha. De nombreuses personnes s’y rendent pour prier tous les jours. « Binzurusama », disciple de Bouddha, est assis à l’entrée. Selon les croyances, le toucher peut vous guérir. Par ailleurs, le temple propose d’en apprendre plus à propos des Sept divinités de la bonne fortune et, le 8ème jour de chaque mois, organise une foire avec des expositions de produits, des contes et d’autres événements. Divers porte-bonheur sont aussi en vente tous les jours.

Rue Taisho-roman

Éloignez-vous des rues de l’ère Edo/Meiji et empruntez des chemins en granit... vous pénétrez alors dans l’univers « Taisho Romance ». Appréciez l’atmosphère rétro qui y règne avec son mélange de panneaux de type Machiyazukuri et occidental. Vous aurez l’impression d’être remonté(e) à l’ère Taisho. L’espace d’un instant, oubliez le bruit et l’agitation de la ville. Levez la tête : aucun câble électrique ne gâche la vue dégagée. Vous ressentez alors une sensation exaltante, presque oubliée, et mystérieuse qui vous rend quelque peu nostalgique. Nous vous attendons, pas seulement pour découvrir nos antiquités, mais pour faire de véritables affaires et ainsi valoriser les interactions. À l’intérieur se trouvent des maisons de marchands qui remontent à l’ère Edo ainsi que de nombreux nouveaux magasins uniques.

▲Haut de page

Illustration de Kawagoe